Association Landes Graves Palus Environnement
Accueil > Vigilance participative > Municipales 2014, Saint-Morillon

Municipales 2014, Saint-Morillon

mardi 18 mars 2014, par ajas

Message envoyé par LGPE le 23 février 2014, aux listes candidates aux élections municipales de saint-Morillon.

La démocratie permet aux citoyens de choisir leurs représentants. Les critères de choix sont liés à la personne et aux idées qu’elle porte et propose de mettre en œuvre. Ces idées contribuent à l’organisation de notre société à l’échelle communale au plus proche de nos vies et de notre quotidien. On pourrait penser que cela suffit pour que notre société se construise selon les désirs et choix de vie du citoyen. Ce ne peut être le cas qu’à la condition que toutes les idées soient exprimées et qu’elles trouvent un candidat pour les porter.

C’est donc un acte citoyen que d’exprimer des idées en espérant qu’elles trouvent un écho lors de la campagne électorale.

Notre association étant apolitique, notre expression n’a pas pour but de soutenir un parti ou une liste mais d’interpeler l’ensemble des citoyens et leurs futurs représentants.

Le but statutaire de notre association est la protection de l’environnement. C’est donc sur ce thème que nous souhaitons intervenir. L’environnement contribue à notre qualité de vie en matière de santé morale et physique. L’environnement comprend des choses aussi élémentaires que la qualité de l’air que nous respirons, la qualité de l’eau que nous consommons, la qualité de nos aliments, l’absence de nuisances sonores et lumineuses. L’environnement c’est aussi la richesse d’un milieu naturel composé d’une grande diversité de plantes et d’animaux vivants dans un paysage dont la simple contemplation contribue à notre bien être.

Notre qualité de vie dépend de la préservation cet environnement.

Comment peut-on le protéger tout en répondant aux contraintes, d’urbanisme, de transport et d’activité économiques propres aux petites communes ?

La tentation est grande de proposer des choix et des orientations particulières dans ces différents domaines. Des choix dont on constate rapidement qu’ils reflètent davantage notre vécu respectif et contradictoire qu’une vision d’ensemble propre à changer la vie d’une commune.

Au niveau de la gestion d’une commune, l’important à long terme ne semble pas être les choix que l’on fait mais les limites que l’on se fixe pour encadrer ceux-ci.

L’important ce sont les limites que l’on se donne :
- Refuser l’appropriation des chemins ruraux et faire respecter la loi tout en cherchant à retrouver une continuité adaptée à l’usage dans le respect des riverains et de la population.
- Limiter l’urbanisation et l’agriculture industrielle sur les rives des ruisseaux.
- Préserver le patrimoine naturel, sa diversité, son ancienneté.
- Préserver les paysages.
- Préserver les ressources locales en eau.

Dans le cadre de la campagne électorale pour les municipale 2014, nous souhaiterions connaître les engagements que prend votre liste sur ces différents sujets et les relayer auprès de nos adhérents.

Réponse de la liste "Un nouvel horizon pour Saint-Morillon", conduite par Jean-Michel Benesse.

En réponse à votre courrier électronique du 23 février 2014, notre équipe est bien convaincue que la qualité de vie des citoyens dépend pour une bonne part de leur environnement. Concernant les thèmes qui vous tiennent à coeur et les engagements que nous prendrions à leur sujet (étant, bien entendu, qu’une équipe municipale ne dispose pas d’un pouvoir discrétionnaire sur l’ensemble de ces questions), voici ce que nous pouvons vous indiquer à ce jour :

Les chemins ruraux : Après les non-aboutissements de deux commissions extra-municipales sur les chemins ruraux et l’abandon sans commentaires du Plan Département d’Itinéraires de Randonnée et de boucles locales de la CCM, nous nous engageons à faire de la réouverture des chemins ruraux une de nos préoccupations majeures :
- recherche d’accommodements pour les cas litigieux,
- mise en route d’un programme de réouverture en recherchant l’aide de la CCM et du
Département.,
- application de la loi.

Limiter l’urbanisation et l’agriculture industrielle sur les rives des ruisseaux : Pour ces deux questions, une équipe municipale ne peut aller au-delà de ce que fixe la règlementation.
- Pour l’urbanisation, le PLU, en cohérence avec le SCOT de l’aire métropolitaine bordelaise, confirmera les bandes inconstructibles le long du ruisseau.
- Pour ce qui concerne "l’agriculture industrielle", une équipe municipale n’a pas autorité à décider du mode d’exploitation des propriétés privées. En revanche, pour le Gat-Mort et ses affluents, des contrats de gestion des sols peuvent être établis dans le cadre de Natura 2000. C’est le travail de la technicienne Natura 2000 recrutée par la CCM.

Préserver le patrimoine naturel, sa diversité, son ancienneté : Là encore, une équipe municipale n’a pas d’autorité sur le contenu "naturel" (aussi intéressant soit-il) du domaine privé. Seule la maîtrise foncière peut lui permettre de garantir cette préservation. Il ne faut pas négliger que cela exige des moyens.

Préserver les paysages : Le travail consistera à identifier les paysages à préserver (par exemple, dans les POS actuel, la montée de "Camontès" vers Béthanie) et à les classer en zones non aménageables au PLU. Nous nous appuierons sur la Charte paysagère de la CCM et sur le SCOT de l’aire métropolitaine bordelaise qui considèrent les questions de paysage comme très importantes.

Préserver les ressources en eau : Nous sommes très conscients de l’état catastrophique (dénoyage) de la nappe de l’oligocène directement sous-jacente à la CCM. Cependant, le problème dépasse largement la commune de Saint-Morillon, la grande responsable étant la surexploitation qu’exigent les besoins de la CUB.
- Nous œuvrerons pour que la gestion mutualisée des ressources en eau au niveau de la Gironde ne tombe pas sous la coupe de La Lyonnaise.
- Nous essaierons de faire prendre conscience de l’inadéquation entre les volontés de
populations toujours plus nombreuses et une eau de qualité à des prix abordables dont les réserves sont, par définition, limitées.

A ce jour nous n’avons aucune réponse de la liste "Saint-Morillon village d’avenir", conduite par Danielle Secco.