Association Landes Graves Palus Environnement
Accueil > Défense et préservation > LGV > Régionales 2010 > Réponse de Monique De Marco (Europe Ecologie)

Réponse de Monique De Marco (Europe Ecologie)

lundi 8 mars 2010

Europe Écologie pour un plan rail régional ambitieux sans LGV

Bonjour,

Dans le cadre de la lutte contre le changement climatique et en matière d’économies d’énergie, le train est un des modes de transports les plus écologiques. Il doit s’affirmer enfin comme la solution d’avenir !

Paradoxalement dans notre région, les projets de nouvelles Lignes à Grande Vitesse (LGV) pour les voyageurs, privilégient les grandes métropoles au détriment des dessertes locales et accentuent les inégalités sociales en matière de droit au transport ferroviaire. Ils ne résolvent pas le problème du transport des marchandises par la route. De plus, ces projets menacent des zones naturelles dans leur équilibre et leur biodiversité.

Europe Écologie Aquitaine rejette le culte de la vitesse pour la vitesse et la théorie économique dominante de la croissance infinie des transports, sans rapport avec la réalité car cela nous conduit dans une impasse. Nous refusons ces projets incohérents et nuisibles, au coût exorbitant que ne pourront supporter les Aquitains pendant des années.

Comme des études l’ont démontré, la modernisation et l’aménagement des voies existantes principales en LGV constituent une alternative crédible et incontestable que nous devons réussir à imposer.

Europe Écologie Aquitaine entend replacer l’enjeu ferroviaire au coeur du service public via un ambitieux plan rail régional offrant un réseau de proximité axé sur le cadencement des trains régionaux et la complémentarité dans la chaîne de transport.

Le groupe Vert au Conseil régional d’Aquitaine a voté contre le tracé n°3 de la LGV, puis contre le protocole d’accord proposé par le ministre Bussereau qui prévoie la part de financement par les collectivité territoriales.

Chaque fois que l’occasion s’est présentée, le groupe Vert s’est exprimé seul contre ce projet, que ce soit à la CUB ou au Conseil régional. Nous n’avons malheureusement pas d’élus au Conseil général de la Gironde, ce qui aurait pu casser l’unité politique de cette institution sur ce sujet, hormis l’opposition isolée de quelques élus des cantons concernés.

Vous comprendrez bien que les scores du 1er tour de l’élection régionale auront une incidence dans la prise en compte des résultats sur cette question. Nous avons mis l’arrêt de ce projet au centre des négociations de 2ème tour que nous ne manquerons pas d’avoir avec nos éventuels partenaires.

Je vous engage à prendre connaissance de notre programme et en particulier le projet ferroviaire pour l’Aquitaine sur http://aquitaine.regions-europe-ecologie.fr/897-le-programme/. Vous y trouverez les éléments qui permettront d’obtenir l’arrêt de ce projet : renouvellement des voies actuelles pour une utilisation des TGV à 220 km/h, lancement d’une nouvelle étude indépendante qui permettra de connaître le trafic réel, le tonnage de marchandises, le nombre de voyageurs attendu réellement à l’horizon 2020 compte tenu de la modernisation des lignes, etc.

Sachez que nous ferons le maximum pour nous saisir de cette opportunité électorale afin de faire bouger la position de l’actuel président de la Région.

Nous vous donnons rendez-vous le 14 mars.

Recevez nos meilleures salutations écologistes.

Monique De Marco

Tête de liste régionale Europe Écologie Aquitaine