Association Landes Graves Palus Environnement

Lettre ouverte à Alain Juppé

samedi 26 mai 2007, par LGPE

LGPE cosignataire d’une lettre ouverte à Alain Juppé, ministre de l’Ecologie, du Développement et de l’Aménagement Durables

Cette lettre a été présentée aux médias le 25 mai 2007 au cours d’une conférence de presse par Simon Charbonneau - président de LGPE, Noël Mamère - député et maire de Bègles et Laure Curvale - présidente des Verts Aquitains.

« 
Le 25 Mai 2007
LETTRE OUVERTE
à
Monsieur Alain Juppé
Ministre d’Etat
Ministre de l’Ecologie, du Développement et de l’Aménagement Durables

Monsieur le Ministre d’Etat,

II y a déjà plus de 35 ans que la question des menaces pesant sur notre planète a été soulevée par le sommet de Stockholm en 1972 et par le fameux rapport du club de Rome relatif aux limites écologiques de la croissance économique.
Depuis, en dépit des multiples déclarations solennelles et diverses conférences consacrées à la question, les politiques publiques, tant internationales que nationales, n’ont pas pris réellement la mesure de la gravité de la question. En France, par exemple, les moyens consacrés au Ministère de l’Environnement ont toujours été ridicules au regard de ceux alloués aux ministères dont les activités ont un impact important sur l’environnement (Industrie, Equipement, Agriculture). Entre temps, le contexte environnemental a continué à se dégrader à une vitesse impressionnante.
Aujourd’hui, il semble que la crise environnementale soit prise enfin au sérieux par les pouvoirs publics, comme l’attestent les vastes compétences qui ont été données à votre ministère. Sur cette question, donc, la société civile attend qu’enfin on quitte le terrain de la communication pour aborder celui des résultats.
Sur ce terrain, le chantier est gigantesque car il implique le renversement complet des politiques publiques jusqu’à présent menées ; il va de la remise en question des grands aménagements, consommateurs d’espaces naturels et émetteurs de gaz à effet de serre, aux moyens enfin conséquents alloués aux associations de protection de l’environnement, destinés à faire contrepoids aux lobbies industriels responsables de la dégradation de nos écosystèmes.
Les enjeux sont donc énormes comme le prouve l’avalanche de grands projets d’infrastructures de transport (A65, G.C.A.B, LGV, etc ...) qui menace le cœur de notre région, restée jusqu’à présent relativement épargnée par les ravages d’un développement économique insoutenable.

En matière de transports, des décisions cruciales doivent donc être prises qui remettent d’abord en question le dogme autoroutier conduisant à une politique autoritaire d’aménagement. La voix des populations menacées par les projets pharaoniques doit enfin être écoutée.
C’est pourquoi nous vous demandons, comme première preuve d’un changement effectif de politique environnementale, de retirer l’appel du jugement du Tribunal Administratif de Bordeaux annulant la décision d’approbation du projet de grand contournement autoroutier pour non respect de la procédure du débat public. Il en va de la crédibilité du principe constitutionnel de participation du public qui passe par l’abandon effectif de projets d’aménagement contribuant aux émissions de gaz à effet de serre.
Dans l’attente de votre réponse, je vous prie de croire, Monsieur le Ministre d’Etat, à l’expression de ma considération distinguée.

Premiers Signataires :

-  Laure Curvale, Présidente des Verts Aquitaine,
-  Noël Mamère, Député (Verts) de la Gironde, maire de Bègles,
-  Simon Charbonneau, responsable d’associations de protection de l’environnement depuis 35 ans »