Association Landes Graves Palus Environnement

Laure Curvale (Les verts)

mardi 5 juin 2007

Laure Curvale
Candidate aux élections législatives
7e circonscription

A l’association LGPE

Pessac, le 4 juin 2007

Madame, Monsieur,

En réponse à votre lettre ouverte interrogeant les candidats aux législatives sur le projet ferroviaire Bordeaux-Espagne, je souhaite vous apporter les éléments suivants :

-  Candidate des Verts sur la 7e circonscription, j’entends porter nos propositions pour une politique des transports et plus généralement pour une société de sobriété répondant à l’objectif Facteur 4 d’ici 2030 ;
-  Comme Présidente des Verts Aquitaine, comme Vice-présidente à la CUB, élue à Pessac, j’ai participé au débat public sur le projet ferroviaire Bordeaux-Espagne et porté les positions des Verts : à Pessac, les élus Verts ont refusé de participer au vote d’une motion en faveur du scénario 3 (conseil municipal du 7 décembre 2006), motion présentée avant même que les expertises suisses indépendantes ne soient rendues publiques ; à la CUB, le 22 décembre 2006, les élus Verts ont refusé de donner un avis favorable au scénario 3.
-  Pour rappel, le groupe des élus Verts de la Région et le groupe local de Pessac-Mérignac ont contribué à des cahiers d’acteur : « Une urgence absolue : la décroissance de l’empreinte écologique des activités humaines » ( www.debatpublic-projetferroviaire-bordeaux-espagne.org/docs/pdf/cahiers-acteurs/vert-cra.pdf ) ; le cahier des Verts Pessac-Mérignac est centré sur le problème de la sortie sud de l’agglomération bordelaise et sur la proposition d’un RER sur les voies ferrées existantes de l’étoile bordelaise (www.debatpublic-projetferroviaire-bordeaux-espagne.org/docs/pdf/cahiers-acteurs/verts-de-pessac.pdf ).

Les propositions des Verts en matière de mobilité peuvent se résumer de la façon suivante : « moins loin, moins vite et moins souvent ». Nous donnons la priorité à une relocalisation de l’économie, aux circuits courts et au rail, comme alternative nécessaire au tout routier. L’abandon des projets autoroutiers et la réaffectation de leurs budgets, l’instauration d’une taxe-carbone sur les camions, permettront de financer la rénovation et le développement du transport par rail (trains régionaux, fret, TGV...) et par voie d’eau.

Mais le projet ferroviaire Bordeaux-Espagne ne s’inscrit pas dans de telles politiques publiques volontaristes et comme candidate Verte, je pense que l’urgence est de rénover et moderniser la ligne existante, et pas de construire une LGV. Il faut d’abord résoudre les problèmes de capacité avant de résoudre les problèmes de vitesse.

Le projet doit être réexaminé sur plusieurs points et complété par de nouvelles études :
-  intégration des résultats des expertises suisses indépendantes et plus généralement, réexamen des prévisions de fréquentation, de trafic et de rentabilité ;
-  traitement complet des nuisances pour les riverains ;
-  étude d’un RER pour la desserte de l’agglomération bordelaise et du bassin de vie Bordeaux/Arcachon/Langon/Libourne/Sud Médoc ;
-  étude d’un contournement ferré de l’agglomération (probablement du côté de Marcheprime) : le noeud ferroviaire de la gare Saint-Jean et les voies jusqu’à la Médoquine sont déjà proches de la saturation, il semble donc illusoire d’y faire passer le trafic prévu par RFF à l’horizon 2020.

La réflexion citoyenne qui a accompagné le débat public sur le projet ferroviaire Bordeaux-Espagne, comme la mobilisation contre le grand contournement autoroutier de l’agglomération bordelaise, doivent amener tous les élus à s’interroger sur les déplacements et les transports dans leur globalité, et à avoir une stratégie qui favorise le report modal vers le rail et les transports collectifs. Dès février, les Verts ont proposé, par leurs élus au Conseil régional et à la CUB, un large forum-débat sur les déplacements, tous modes confondus, pour engager un Conseil métropolitain des transports, regroupant toutes les autorités, l’État, RFF, SNCF, le Conseil régional...).

Espérant avoir répondu à toutes vos questions, je vous prie de recevoir, Madame, Monsieur, mes sincères salutations vertes

Laure Curvale